Il n’est pas beau notre bateau ?!

Ça n’est pas souvent que l’on a des photos de TEIVA sous voile, il nous faut un œil extérieur pour ça.

Merci Elodie et Julien, on n’a pas trop de place dedans, mais qu’est-ce qu’il est beau notre bateau 🙂

 

Dimanche 16 avril 2017,

TEIVA sous gennaker, au départ de Low Bay sur Barbuda,

direction Jolly Harbour, avec VENT D’AILLEURS.

IMG_3942IMG_3947IMG_3950

 

Dur d’être un marin ? Pas toujours !!!

J’étais tellement dépitée par ces deux jours de traversée entre Jolly Harbour sur Antigua et Saint François en Guadeloupe, que j’en ai oublié de vous raconter un épisode !

Vous vous souvenez, un vrai temps de Bretagne en hiver pendant deux jours et un poisson raté lundi. Mais mardi, on en a eu un autre ! Notre première Dorade Coryphène depuis belle lurette 🙂

Dur dur d’être un marin…

Pour quitter Antigua nous devons faire la clearance de sortie du pays. On va la faire à Jolly Harbour, une marina sur la côte ouest d’Antigua où l’on trouvera aussi de quoi  faire un avitaillement (c’est pas tout, les jolies plages, mais il faut aussi nourrir son équipage !).

On y arrive dimanche de Pâques dans l’après-midi, heureusement, le bureau des clearances est encore ouvert, on pourra partir le lendemain matin tôt pour Saint François 🙂 . Le soir, c’est apéro sur TEIVA, avec Gilbert et Isabelle de VENT D’AILLEURS, demain nos chemins se séparent pour quelques temps. On rejoint la Guadeloupe pour y retrouver Anne-Laure et Elodie, ils commencent leur descente vers la Martinique.

Jolly Harbour, c’est une marina moderne, avec de superbes villas les pieds dans l’eau, avec ponton privé. Le luxe ! À terre, c’est moins rutilant… Le superbe hôtel de la marina est désaffecté et  commence à tomber en ruine. Le tout a plutôt l’air artificiel, sans trop de vie (mais bon, on est dimanche… peut-être que je me trompe !).

 

Bon, c’est bien beau tout ça, mais vous devez vous demander pourquoi j’ai mis comme titre « dur dur d’être un marin » ?! J’y viens !  Lundi 17 avril, une grande journée nous attend. On a 75 miles à parcourir pour rejoindre Saint François en Guadeloupe.  On avait prévu de faire une petite escale au sud d’Antigua, pour nous avancer un peu, mais la météo est contre nous… Le fichier météo que l’on vient de télécharger nous indique que le vent  se lève et mardi la mer sera formée. C’est décidé, on part demain !

Pour parcourir les 75 miles qui nous séparent de Saint François, si on prévoit une moyenne de 7 nœuds (7miles à l’heure), il nous faudra un peu plus de 10h. On programme un départ à 5h du matin pour avoir de la marge, on n’aimerait pas prendre la passe pour rentrer dans le lagon de Saint François la nuit !

Mais ça commence mal… À 5h il fait encore nuit et  Jean-Roch préfère qu’on attende un peu. Il sera presque 6h lorsqu’on quitte le mouillage de Jolly Harbour…  sous une petite pluie Bretonne et un ciel noir 😦  C’est donc harnachés de nos vestes de quart (Jean-Roch met même son pantalon !) que l’on part d’Antigua et on ne va pas les quitter de la journée !

 

Deuxième déconvenue, le vent que l’on attendait Nord-Est est plutôt Est, voir Sud-Est. Où est le problème ? La pointe des châteaux que l’on doit passer en Guadeloupe est exactement au Sud-Est d’Antigua… Ceux d’entre vous qui ont quelques notions de voile auront vite compris. Notre cap est face au vent, on va devoir tirer des bords. Et qui dit face au vent, dit face aux vagues. On se rend vite compte qu’on n’arrivera pas à rejoindre Saint François avant la nuit…

Changement de programme !  On part sur la côte ouest de Guadeloupe et toute la navigation se fera sous la pluie, le vent et les vagues. On a froid et Théo est un peu brassé (vous commencez à comprendre le choix du titre de l’article… et attendez, ce n’est pas fini !). On mettra 12h pour arriver à Rivière Sens, complétement détrempés ! Et pour nous achever, on a attrapé un poisson, mais il s’est décroché à quelques mètres du bateau L On pense que c’était un Barracuda, on a moins de regrets, on l’aurait de toute façon rejeté à la mer (vous vous souvenez, la Ciguatera… et ceux d’entre vous qui ont oublié, je pense à Mina, allez voir sur internet !).

 

J’avais peur que vous n’alliez pas sur internet !

VISUEL_CIGUATERA_DAAF_BATV4_cle048412

L’arrivée au mouillage se fait sous un rayon de soleil et pour se remonter le moral, le soir on se fait un petit restaurant dans la marina. On ne mettra pas longtemps pour le choisir, il n’y en a qu’un d’ouvert ! Mais pour le coup, on a de la chance, on va se régaler et prendre des forces pour la journée de mardi 🙂

 

Mardi 18 avril 2017, on lève l’ancre à 6h30, sous la pluie ! On est à 40 miles de Saint François, mais face au vent… On va parcourir 59 miles (on tire des bords…) en 11h15, dont les trois dernières heures au moteur (et ça ne va pas vite un voilier au moteur…). Théo est héroïque (bon j’exagère un peu, mais quand même !), il va supporter le vent, les vagues et la pluie sans broncher. Il rêve de Saint François où il espère retrouver son copain Éric et le Coconuts bien sûr !!!

On arrive à Saint François juste avant la tombée de la nuit. Ça déferle dans la passe, mais Jean-Roch s’en sort comme un chef ! On n’est pas les seuls dans le lagon, mais on commence à bien le connaître et on se faufile tout au fond. Manœuvre réussie du premier coup, on a droit à un ti’punch… voir deux et une bonne nuit de repos !

 

 

 

 

 

 

 

Barbuda

Deep Bay est une petite anse juste derrière la baie de Saint John’s. On y fera une toute petite pause, avant de reprendre la mer, direction Barbuda.

Mercredi 12 avril, 7h du matin, on lève l’ancre !

Barbuda est réputée pour ses plages de sable blanc. L’arrivée sur Spanish Point est féérique. On s’enfonce dans un immense lagon, avec 2 à 3m de fond sous le bateau, en slalomant autour des patates de corail. L’eau est limpide, avec des nuances de bleu magnifiques. Du mouillage on voit passer quelques tortues à côté de TEIVA et des raies passent sous les coques !

 

Le lendemain, on quitte Spanish Point pour Cocoa Bay, où l’on fera la connaissance de Julien, Elodie, Violette (7ans) et Lilas (3ans). Partis à peu près en même temps que nous de méditerranée, ils vivent sur LOTUS, un privilège de 48 pieds. C’est notre premier bateau copain avec des enfants de l’âge de notre petit mousse. Chouette !!! Le soir, on finira tous, avec Gilbert et Isabelle, à l’apéro sur LOTUS et le lendemain midi l’équipage de LOTUS vient manger sur TEIVA 🙂

 

Vendredi  on part pour notre dernier mouillage sur Barbuda, à Low Bay. On est 4 bateaux face à une plage de 17 km de long (VENT D’AILLEURS, LOTUS qui nous a rejoints, TEIVA et un monocoque Breton) !  L’accostage avec l’annexe n’est pas simple, car il y a des vagues… On a déjà eue une expérience douloureuse au Cap Vert, maintenant on se méfie ! Sur la plage il y a beaucoup de bois flottés, Théo et Jean-Roch font une cabane, pendant que je ramasse des coquillages (oui, notre vie est parfois difficile…).

Ça mort !!!

Lundi 10 avril 2017 on quitte la réserve de Green Island pour Saint John’s, de l’autre côté d’Antigua. Une bonne surprise nous attend en navigation, on attrape un superbe thon 🙂 Depuis la transat, nous n’avions pêché qu’un seul poisson à la traîne et on avait dû le rejeter à la mer, car c’était un Barracuda…

 

Entre Saint John’s et Green Island le contraste est énorme.  Notre mouillage est tout au fond d’un port fait pour accueillir des énormes paquebots. À notre arrivée il y a un superbe trois mats amarré à côté de nous. Le lendemain matin il est remplacé par trois paquebots de croisière.

 

Saint John’s aussi est très contrasté. Lundi soir tout ou presque est fermé. Il n’y a pas grand monde dans les rues. Mardi matin la ville est pleine de touristes qui débarquent des paquebots et de chauffeurs de taxi qui proposent leurs services pour visiter l’île. Les gens sont très gentils.

D’English Harbour à Green Island sur Antigua

On n’est resté qu’une nuit à English Harbour.  Samedi matin, après une dernière escapade à terre, on part pour une petite navigation de 2h vers Green Island.

1

 

Il y a une belle houle et à la sortie du mouillage, face aux vagues, Théo profite des mouvements du bateau pour nous faire un superbe spectacle !

 

On longe la côte jusqu’à la passe qui mène à un immense lagon. Pour entrer dans Green Island il faut zigzaguer  entre des bancs de sable, poussé par la houle. Green Island est une réserve naturelle, avec une eau qui passe du vert au turquoise et des plages de sables blanc. Un petit paradis  🙂

 

Après une petite pause bien méritée (que chacun vie à sa façon !), on part explorer les plages autour de notre mouillage. L’occasion pour Théo de se défouler un peu ! De retour au bateau, c’est atelier KAPPLA.

Arrivée à Antigua

Vendredi  7 avril 2017 on largue les amarres, cap sur English Harbour, sur la côte sud d’Antigua. Dès le départ le ton est donné, VENT D’AILLEURS est devant, mais Théo largue du lest pour que l’on puisse gagner en vitesse 🙂

 

On va parcourir 41 miles en 5h30. Il y a un peu de mer, notre petit mousse va nourrir les poissons… Heureusement, le mouillage d’English Harbour est joli et on peut s’y baigner. Ça remonte le moral des troupes.

 

English Bay et ses emblématiques Nelson Dockyards. C’est une baie si étroite et si protégée que les Anglais décidèrent, à la fin du XVIIIe siècle, d’en faire leur principal bastion antillais. La vieille base navale a conservé une partie de ses murailles et nombre de bâtiments de l’époque.  C’est beau, mais on en a vite fait le tour !

 

Avant de quitter English Harbour, Jean-Roch et Théo vont se balader vers un petit fort, juste à l’entrée de la baie.

Petite escapade vers le nord !

Rémi et Noémie ont rejoint la métropole mercredi dernier et Flo a quitté TEIVA hier pour poursuivre son aventure (samedi il prendra l’avion pour Cuba). Le capitaine et son équipage repartent vers de nouvelles aventures, avec un membre de l’équipage (dont je ne vous parlais pas souvent) en moins. Harry Potter, le poisson rouge de Théo, nous a quittés. Après être parti de Sallanches pour Salon de Provence, il avait traversé l’atlantique avec nous sur TEIVA et partageait nos aventures ! Théo est triste…

 

Jeudi 6 avril 2017, nous quittons le mouillage de Baie Mahault pour aller s’ancrer face à l’îlet Fajou,  une petite île inhabitée (réserve naturelle) située dans le Grand Cul-de-sac marin, à une petite demi-heure de moteur de Baie Mahault. Elle est presque entièrement couverte de mangrove et n’émerge que de quelques mètres. Pas très loin, à 1,4 miles, il y a l’îlet caret qui mesure environ 250 mètres de long et une vingtaine de mètres de large en moyenne.

 

On prend l’annexe pour aller découvrir ces deux îles, mais il y a du vent et du clapot. On n’ira pas voir l’îlet Caret cette fois et on ne restera pas longtemps sur l’îlet Fajou, on se fait piquer par des insectes !

 

Vendredi 7 avril 2017, 7h du matin, on lève l’ancre. Anne-Laure et  Elodie arrivent dans quinze jours en Guadeloupe, on a juste le temps de faire une petite escapade vers  Antigua et Barbuda, deux îles au nord de la Guadeloupe 🙂

m_antilles-0

 

Deshaies sur Basse-Terre en Guadeloupe

On arrive vendredi 31 mars dans la baie de Deshaies. C’est le seul endroit en Guadeloupe équipé de bouées gratuites pour le mouillage, mais elles sont déjà toutes occupées ! On apprendra par la suite qu’elles sont occupées à l’année par des gens du coin. On a compté plus d’une cinquantaine de bateaux dans la baie, ça ne va pas être facile de trouver une place pour TEIVA… De plus, il y a vite du fond et nous sommes un peu juste en longueur de chaîne pour mouiller dans 10m de fond. On finira pas se caser tout au fond de la baie, face à Deshaie, dans 2m de fond.  C’est superbe… mais on devra se déplacer en fin de journée 😦   Lorsqu’il n’y a plus de vent, les bateaux se déplacent tous différemment et on allait toucher le petit monocoque à côté de nous ! Après un dizaine d’essais infructueux (on dérapait, ou on était trop près d’un bateau) un skipeur sur un petit catamaran a eu pitié de nous et nous a dit d’utiliser une des bouées réservée avec une petite annexe. OUF !!! Nous voilà tranquilles pour la nuit 🙂

Deshaies a son jardin botanique, aménagé dans l’ancienne propriété de Coluche. Dès vendredi après-midi nous allons le visiter avec Rémi et Noémie.  Je vous fait à nouveau partager une petite parenthèse fleurie 🙂  A vous de comparer avec le jardin de Balata en Martinique et les jardins de Valombreuse en Guadeloupe !

On restera quatre nuits à Deshaies et on changera encore une fois de mouillage !!! Lundi après-midi notre voisine vient nous dire que le propriétaire de la bouée (enfin, celui qui a accroché son annexe dessus)  arrive…  Comme on part le lendemain matin, elle nous propose de rester, le propriétaire  ira sur celle d’à côté (qui vient de se libérer) pour une nuit. Mais ça serait trop simple… Un voilier prend la bouée d’à côté sous nos yeux… malgré les contestations de notre charmante voisine ! Vous me suivez ?!  Pour résumer, nous voilà bien embêtés (pour ne pas dire plus) !!!

Notre voisine, toujours aussi arrangeante, nous propose alors de mettre le bateau qui arrive à couple avec nous pour la nuit. Pourquoi pas ?! On aurait dû y réfléchir à deux fois… Un bateau à moteur de 7m de long arrive, avec à bord un couple de personnes plus très jeunes… Le monsieur aux commandes ne gère pas trop l’affaire et sa femme avoue très humblement qu’elle n’y connait rien ! Au bout d’une bonne demi-heure de bataille nous voilà avec le bateau à couple et une belle signature de son ancre sur la coque de TEIVA… Mais avec la houle qui s’est levée on se rend vite compte que l’on ne peut pas rester. Nous voilà donc reparti chercher un autre mouillage dans la baie ! Trois à quatre essais plus tard (qui a dit qu’on avait une vie facile ?!), on a trouvé notre bonheur et en prime on a gagné une invitation ! Flo restera sur TEIVA avec Théo pendant que Jean-Roch et moi allons être reçu comme des rois dans la villa du couple à qui on a rendu la bouée 🙂