Le retour :-)

Samedi 3 juin 2017 nous quittons Grenade. Notre retour sur la Martinique est un voyage à part entière ! Nous prenons trois avions et passons par Trinidad et Sainte Lucie. Nous voyageons sur des ATR 72.

1

 

Les aéroports de Grenade et Sainte Lucie sont tout petits. Au guichet une hôtesse imprime les cartes d’embarquement et à côté un ou deux hommes portent les bagages.  On a trois grosses valises, une de 21 kg, une de 13kg et une de 28kg 😦 . Pani pwoblem ! Les gens derrière attendrons pendant que nous répartissons mieux les charges !

Dans les avions on a à remplir les fiches pour la douane… notre Anglais nous fait encore défaut 😦 . Le douanier de Sainte Lucie nous fait remplir trois fois les fiches, jusqu’à ce que l’on comprenne qu’on avait juste écrit « Port of Spain » (notre ville de départ) au lieu de « Trinidad » (notre île de départ !). Pas très sympa…

À Sainte Lucie on fait la connaissance de Nicolas et John. Nicolas est un retraité qui est parti sur un monocoque, un Allures 39, le SHADOK, John est venu l’aider pour amener son bateau à Grenade où il passera la saison cyclonique comme TEIVA. Nicolas cherche des bateaux pour former une « armada ». Il est prêt à nous embarquer pour la saison prochaine ! Au programme, Saint-Domingue, Cuba, Belize puis Panama… Puis il laissera son bateau dans une marina proche de l’équateur pour partir faire un trek à travers le Pérou et l’Argentine, avec croisière dans les canaux de Patagonie sur un Ferry local.

Samedi soir nous voilà de retour en Martinique !!! On pose nos valises (et il y en a des valises 🙂 ) à Sainte Luce, un petit village en bord de mer. On est à 10km du Marin où nous étions arrivés sur TEIVA le 13 décembre 2016 🙂 .

Dimanche midi on retrouve avec grand plaisir Benjamin d’ECHO avec Gilbert et Isabelle de VENT D’AILLEURS pour un dernier ti’punch ensemble en Martinique !

 

Suivi d’un bon petit repas 🙂

 

 

Lundi c’est au KokoaRum que l’on ira faire faire un peu de CNED à Théo… nostalgie nostalgie 🙂 . Après un dernier coucou à Benjamin et un dernier repas au KokoaRum, c’est l’heure du grand retour !

 

 

On quitte la Martinique en fleurs. Les flamboyants sont splendides !

 

 

Lundi 5 juin 2017, décolage à 17h45 de Fort de France, arrivée à Orly à 7h55 heure locale (pour nous, il est 1h55 du matin !). Le choc est rude… 14 °C… on a froid, on est fatigué et on est chargé comme des mules !

IMG_7071

 

Il ne nous reste qu’à prendre un bus pour rejoindre la gare TGV de Massy, deux heures de TGV et on arrive à Lyon Part Dieu où Elodie nous attend à 13h30. Ça fait du bien bien de se retrouver 🙂

Et Grenade dans tout ça ?!

IMG_7016

 

On n’a pas vu grand-chose de Grenade… On a juste eu le temps de s’imprégner de l’ambiance et  de regarder quelques paysages à travers les vitres des taxis 🙂 . Toutes les personnes à qui on a eu affaire ont toujours été d’une extrême gentillesse. Il  y a toujours un sourire, un mot gentil ou un tcheck pour Théo (ils adorent les enfants  🙂 ).

Comme dans beaucoup d’îles de l’arc Antillais il semble y avoir une économie à deux vitesses. Les expatriés et les touristes d’un côté et les locaux de l’autre. Dans les petits villages traversés, les maisons font la taille d’une pièce chez nous. Elles sont posées sur des piliers, à flanc de coteau.

Dans les bus, qui sont en fait des minibus  qui peuvent accueillir à peine plus d’une dizaine de personnes il y a un chauffeur et quelqu’un assis à côté de la porte pour l’ouvrir, la fermer et faire payer les gens. Les bus s’arrêtent n’importe où, les chauffeurs ne tiennent pas compte des arrêts. Dès que le chauffeur voit quelqu’un sur le bord de la route, il klaxonne, et lui demande s’il veut monter !

Sur le bord des routes on croise souvent un tout petit abri… petit bar, marchant de fruits et légumes ou cordonnier. Quasiment pas de grandes surfaces. On y a vu des ronds points surement moins coûteux que les nôtres ! On est loin des codes de nos sociétés de consommation !

Le vendredi soir, c’est la fête !!! Musique à fond et alcool (ou autre ?) pour tenir toute la nuit ! c’est surtout des jeunes qui s’éclatent et fêtent le Weekend.

 

TEIVA est à sec !!!

Mais non, rassurez-vous, on ne manque pas de rhum (quoi que les réserves baissent !), mais TEIVA est sorti de l’eau le 31 mai 2017 à 9h20 !!! Nous voilà redevenus Terriens 🙂

 

34bis

IMG_7043

 

Et comment s’y prend-on pour préparer un « hivernage » ?! On ne sait pas trop… Mais on l’a quand même fait, avec plus ou moins d’organisation (d’ailleurs plutôt moins que plus 🙂 ).

Durant notre escale à Prickly Bay, du mercredi  24 au mardi 30 mai, on a enlevé les voiles et libéré le pont de TEIVA de tout ce que l’on a pu (et Il y en avait du bazar sur le pont…). Notre problème, a été le rangement… Tout ce que l’on a enlevé de l’extérieur doit trouver une place à l’intérieur, mais il n’y en a pas tant que ça de la place à l’intérieur ! Et quand la pluie s’en mêle, ça complique un peu les choses, car on ne peut rien ranger de mouillé… (même si on apprécie l’effet rafraîchissant, car il commence à faire sacrément chaud dans ce pays 🙂 ). Pendant tout ce temps, autant dire que le CNED n’a pas trop avancé et les écrans ont chauffé ! Pas facile pour un petit mousse de s’occuper tout seul des journées entières… mais il a été sympa notre Théo et il nous a aidé plus d’une fois. Par exemple lorsque l’on pliait les voiles, sa mission était de sauter dessus (et non par-dessus 🙂 ), pour qu’elles ne s’envolent pas!

 

 

 

Quelques péripéties…

 Et oui, vous le savez, sur TEIVA la vie n’est pas un long fleuve tranquille !

 

  • On a failli rater la date de sortie d’eau de TEIVA !

Deux jours avant de sortir le bateau de l’eau on va en taxi à Clarkes Court Marina avec Gilbert et Isabelle pour se présenter et voir l’endroit où TEIVA va passer la saison cyclonique. L’équipe est très accueillante et le chantier impressionnant. Leur grue peut sortir des bateaux de 242 tonnes, TEIVA en fait au plus 9 tout mouillé ! Au moment de partir, on s’entend dire « we sea you tomorrow »… a-t-on bien compris ? Et oui, Jean-Roch s’était emmêlé les pinceaux, la sortie d’eau  est programmée le 30 mai à 10h et non le 31… Panique à bord, TEIVA n’est pas à Clarkes Court Marina et pas tout à fait prêt ! Rien à faire… il n’y a plus de place le 31 ! Retour en quatrième vitesse à Prickly Bay, on a du boulot et demain on partira tôt 🙂

 

 

  • On a ratée la sortie d’eau de TEIVA !!!

Prickly Bay  est à environ 6 miles de Clarkes Court Marina et notre bateau  va à peu près à 6 nœuds moteurs à fond (oui, ça ne doit pas faire rêver les fanas de vitesse, mais c’est un voilier, pas un bateau de vitesse !). Dans le meilleur des cas il nous faudra donc 1h pour arriver.

1

 

Mardi 30 mai 2017, à 6h du matin, Jean-Roch et moi sommes sur le pont pour faire quelques bricoles (est-ce qu’on aura fini un jour ?!).  Après un bon thé, on va se positionner au quai du fuel,  avant l’ouverture, pour être sûrs d’être les premiers servis (Gilbert nous a expliqué que les cuves de fuel doivent être pleines pour éviter la condensation pendant une longue immobilisation du bateau). Tout se passe pour le mieux, à  7h45 le pompiste arrive, à  8h il nous sert et à 8h15 on part 🙂 .

Mais dès que l’on sort de la baie on a un fort vent, pratiquement de face  et une belle houle à contre, TEIVA peine pour atteindre 3 à 4 nœuds…   Autant vous dire qu’on a poussé les moteurs ! Théo qui sent le stress du capitaine, ou plutôt celui du second  (le capitaine garde le contrôle en toutes circonstances 🙂 ), commence à stresser lui aussi. Il n’a pas peur d’être en retard, mais est impressionné par la grosse houle qui déferle sur la côte et les nombreux récifs. TEIVA donne tout ce qu’il peut et à 9h30 on jette l’ancre face à Clarkes Court Marina 🙂 .

 

 

On s’annonce à la VHF sur le canal 68 et lorsque l’on a enfin compris (décidemment, il faudrait qu’on améliore notre Anglais…), on se met sur le canal 69 pour attendre les instructions. On a juste le temps de se prendre un dernier thé avant notre sortie d’eau. Mais à 10h, aucun appel, 10h15 rien… 10h30 TOUJOURS RIEN ! Jean-Roch essaye de les rappeler par VHF, mais ils ne nous répondent plus 😦 . On en profite pour faire plein de bricoles et du ménage sur TEIVA. Midi, toujours rien ! On mange et à 14h Jean-Roch fini par mettre l’annexe à l’eau et va se renseigner à la marina. On a raté notre tour !!!

Ils disent nous avoir appelé plus de 4 fois, sans aucune réponse… On n’a rien entendu 😦 . Y aurait-il un chat noir sur TEIVA ?! Heureusement, ils sont sympas et programment une sortie d’eau le lendemain. Dès 7h45 on doit se présenter face à la grue pour attendre leurs instructions. Jean-Roch avait raison, TEIVA sortira de l’eau mercredi 31 mai 2017 🙂 .

Tout est surdimensionné ici… TEIVA parait bien petit. Il est sorti de l’eau à 9h20 et on lui passe le Karcher  pour nettoyer sa coque.  Ensuite il est posé  sur une remorque, sous le regard attentif de Jean-Roch qui vérifie qu’il est bien positionné. Puis  un tracteur l’amène jusqu’à sa place définitive. Tout est fini à 13h, le capitaine peut nous rejoindre au petit restaurant de la marina (Théo avait faim, on l’a abandonné vers midi) et prendre une bière bien méritée !

 

 

  • Un hôtel un peu trop loin…

Notre bateau est à sec…  on n’a plus de maison ! Mais tout ça était bien programmé et j’avais réservé un hôtel sur le site Booking.com.  Là encore, on joue de malchance… L’emplacement de l’hôtel sur Booking était erroné, il est beaucoup plus loin qu’on ne le pensait. Quand ça ne veut pas le faire… C’est en taxi que l’on rejoindra Bougainvillea Appartements, à Saint Georges.

 

  • Une balade en bus imprévue !

Notre hôtel est loin et le taxi a un coût non négligeable, alors on va essayer de prendre les transports en commun. Jeudi 1 mai nous voilà parti pour Clarkes Court Marina en bus ! D’abord le numéro 1, puis le numéro 2. On nous a bien tout expliqué 🙂 .

En taxi on avait mis 10 à 15 minutes pour faire le trajet. Au bout de plus d’une demi-heure de bus, on commence à s’inquiéter. On se rend compte qu’on est allé beaucoup trop loin, on est au niveau de la baie de la Sagesse en direction de Grenville… Le chauffeur de bus arrête un autre bus qui va en sens inverse et indique à son chauffeur où l’on veut se rendre. Après plus d’une heure de transport (et trois bus différents) et une petite demi-heure de marche on est arrivé sur TEIVA, exténués. Ce soir on rentre en taxi !!!

 

 

  • Un oubli bien embêtant…

Vendredi soir on doit tout boucler sur TEIVA, le lendemain on prend nos avions pour la Martinique. On a commandé un taxi pour 17h, mais on n’est pas prêt et on le fera attendre une heure… On n’est pas très fière de nous 😦 .

 

 

Arrivés à l’hotel, on réalise que l’on a oublié de fermer les aérateurs. Or on a mis un produit chimique dans le bateau pour éviter l’humidité et les bêtes, mais il faut que le bateau soit entièrement clos…

Demain matin, à 6h30, Jean-Roch retournera en taxi sur TEIVA avant de partir à l’aéroport (notre avion est à 9h) et arrivé à Port of Spain, sur Trinidad, Jean-Roch se rendra compte qu’il a laissé son tél. sur TEIVA… il le retrouvera dans un peu plus de 5 mois !!!