Notre remontée vers la Guadeloupe

Notre route :

carte martinique guadeloupe bis

 

Nous avons fait notre remontée de la Martinique à la Guadeloupe aux côtés de VENT D’AILLEURS, parfois derrière, parfois devant, mais jamais bien loin 😉

 

En chemin on a fait une halte express au joli mouillage de Saint Pierre, au nord de la Martinique. Seuls Jean-Roch et Gilbert sont descendus à terre pour aller faire les clearances de sortie de la Martinique.

 

Ça sera pour eux l’occasion de faire un petit peu de sport. Encore une panne vous allez me dire ?! Oh… une toute petite ! J’hésitais même à en parler 🙂 Les symptômes ont commencé à apparaître la veille de notre départ de Sainte Anne. Jean-Roch, qui était parti en annexe avec Stéphane pour faire une dernière petite course au Marin, est revenu tracté par l’annexe de VENT D’AILLEURS !!! Notre superbe annexe fait des caprices… Le lendemain Jean-Roch démonte le carburateur et trouve un peu d’eau dedans ! Il sèche, nettoie et remet tout en place en pensant avoir réglé le problème, mais il est réapparu à Saint Pierre, avec beaucoup d’eau dans le carburateur cette fois 😦  …

 

Je soupçonne Jean-Roch d’avoir essayé un nouveau concept de moteur à eau, mais ça n’a pas été très concluant !  Heureusement, on a de bonnes pagaies toutes neuves 🙂

 

En quittant Saint Pierre on aborde rapidement le canal de la Dominique. Le vent est toujours plus fort dans les canaux (passages entre deux îles). Il faut en général rajouter 10 nœuds aux prévisions météo et la mer y est plus agitée. J’aurai aimé rendre en image ce que l’on vit sur TEIVA dans des allures proches du vent, lorsque la mer est un peu formée, mais il est difficile de rendre compte en photo de l’état de la mer… Heureusement, ces canaux ne sont jamais bien grands et en quelques heures on se retrouve à nouveau à l’abri d’une île 🙂

 

Les canaux sont aussi l’occasion pour nous de pêcher à la traine. Dès notre départ de Saint Pierre on met la ligne à l’eau. Mais cette année nous n’avons pas pêché grand-chose… Est-ce la faute des sargasses ?! Ces dernières années les Antilles sont régulièrement touchées par des invasions de ces algues. Elles s’accrochent à l’hameçon et la pêche devient difficile… Cela crée aussi de grosses nuisances sur les côtes. Imaginez le spectacle et l’odeur lorsque les algues échouées se décomposent sur les plages…

 

À l’abri de la Dominique, un superbe spectacle s’offre à nous. Trois baleines nagent tranquillement face à TEIVA. Nous nous décalons légèrement de notre route pour les éviter. Est-ce une baleine et ses deux baleineaux ? Les trois sont collées les unes aux autres et ondulent tout doucement. On est bien loin du spectacle de sauts auquel on avait assisté l’année dernière entre Barbuda et Antigua mais c’est tout aussi fascinant !!!

IMG_1755 bisIMG_1756 bisIMG_1757 bisIMG_1761 bisIMG_1770 bisIMG_1771 bisIMG_1776 bisIMG_1777 bisIMG_1778 bisIMG_1779 bisIMG_1780 bisIMG_1787 bisIMG_1791 bisIMG_1799 bis

 

Par contre, à terre la Dominique nous offre un spectacle de désolation… Des coteaux entiers sont dévastés, comme brulés. Les arbres n’ont plus aucune feuille, certains sont couchés. Après le passage du cyclone Maria cette île à la végétation luxuriante n’offre plus ses jolis paysages de verdure. Quant aux maisons, certaines sont détruites et beaucoup sont recouvertes de bâches bleues en attendant que leurs toitures ne soient réparées… Il faudra bien des années pour effacer les stigmates de Maria. D’après Alexis, le Boy’sBoat qui nous avait accueilli l’année dernière à Portsmouth et nous avait fait découvrir son ile, il faudra une année pour avoir à nouveau des bananes, mais au moins 5 ans pour avoir à nouveau des pamplemousses et des oranges…

 

La fenêtre météo ne nous permet pas de nous attarder… Arrivés à la nuit tombée le dimanche 4 au soir, on repart de Dominique le lendemain matin. On aimerait aller sur Marie Galante, Gilbert et Isabelle vont directement sur Malendure, dans la réserve Cousteau. Le vent est soutenu et on prévoit quelques grains sur notre route. Sous deux ris, dès que l’on aborde le canal qui sépare la Dominique de la Guadeloupe on met le cap sur Marie Galante. Mais on est au près, face aux vagues et plus on s’éloigne de la Dominique, plus la mer se forme… TEIVA avance à plus de 10 nœuds, avec des pointes à 12 voire  13 nœuds, c’est très inconfortable et par sécurité je réduis régulièrement l’allure. On finira par renoncer… On ira ni à Marie Galante, ni à Saint François où Théo voulait retrouver son copain Éric (on louera une voiture pour y aller plus tard par la route !). On change de cap pour rejoindre VENT D’AILLEURS à Malendure ! On y arrivera en début d’après-midi, derrière VENT D’AILLEURS, et on y retrouve LOTUS 🙂

 

 

 

 

 

 

2 commentaires sur « Notre remontée vers la Guadeloupe »

  1. Coucou Teiva, merci pour les News , les photos sont superbes 👍 Nous vous avons remplacés dans les anses d’arlet , il pleut beaucoup et le vent souffle bien , j’espère que la météo est plus clémente en Guadeloupe . Denys joue les shadocks pour faire marcher le hors- bord en attendant de trouver une nouvelle pompe à essence 😆😆😆 Biz des Pachas

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.